débutant
Maintenant vous lisez
Des tulipes pour le prix de l'or - Qu'est-ce que la tulipomanie ?
0

Des tulipes pour le prix de l'or - Qu'est-ce que la tulipomanie ?

établi Forex ClubDécembre 1 2022

Les instincts animaux font que les gens depuis le début des temps étaient souvent guidés par deux émotions : la peur et la cupidité. La peur a empêché les gens de faire quelque chose de stupide, tandis que la cupidité a poussé l'humanité à prendre des risques. L'histoire de l'humanité connaît des situations où ledit risque était excessif. Parfois, il y a des situations où une grande partie des gens tombent dans une grande peur en même temps ou deviennent fous de cupidité. Si ce dernier se produit, des bulles de prix peuvent apparaître sur le marché. Une bulle de prix peut être un atout très étrange. Un bon exemple est la bulle de la première moitié du XVIIe siècle, lorsque les gens spéculaient… bulbes de tulipes. Ils n'avaient pas une application plus large dans l'activité alors productive de l'humanité. Beaucoup ont investi tous les biens de leur vie pour une raison : leur prix augmentait. La folie du XVIIe siècle a été saluée comme TULIPOMANIE.

Cela semble idiot maintenant, mais c'est là que la cupidité et la peur entrent en jeu. Au début, les gens se sont peut-être moqués d'investir dans des bulbes de tulipes. Cependant, quand ils ont vu que leurs voisins étaient devenus riches grâce à cette pratique, il y avait de la cupidité et du regret pour l'occasion manquée. On dit qu'il n'y a rien de pire que de voir son voisin s'enrichir plus vite que soi. En conséquence, les personnes qui ne connaissaient pas les tulipes les ont achetées ou ont conclu des contrats pour leur fourniture uniquement dans l'espoir de trouver un acheteur disposé à les racheter à un prix plus élevé à l'avenir (le soi-disant jeu du plus grand imbécile). La manie des tulipes était un phénomène social et a trouvé de nombreuses références dans l'art. Des images et des satires ont été créées qui font référence à cette folie. Bien que la manie des tulipes ait été perçue par le public comme un exemple de folie spéculative qui a englouti une grande partie de la société, certains chercheurs sont d'un avis différent. Ils pensent qu'il s'agissait d'un épisode spéculatif limité. Dans le texte d'aujourd'hui, nous présenterons les deux points de vue.

Environnement de marché

00a La folie des tulipes Guillaume Ier

Guillaume Ier d'Orange l'un des fondateurs des Provinces-Unies. Source : wikipedia.org

Début de formation  Les Provinces-Unies (aujourd'hui les Pays-Bas) remontent à 1579. Puis 7 provinces ont signé "l'Union d'Utrecht". C'était une déclaration de désobéissance à l'Espagne catholique par les provinces protestantes des Pays-Bas. L'Union d'Utrecht est une sorte de réponse au traité d'Arras, où les provinces catholiques du sud des Pays-Bas ont déclaré allégeance à l'Espagne. Quelques années plus tard, la République des Provinces-Unies a été officiellement établie, qui pendant plusieurs décennies a mené une guerre avec l'Espagne pour la reconnaissance de son indépendance.. Ce conflit fut plus tard appelé la "guerre de quatre-vingts ans". L'un des "pères fondateurs" des Provinces-Unies était Guillaume Ier d'Orange.

Les Provinces-Unies étaient protestantes, et pour cette raison elles étaient un lieu de refuge pour de nombreuses personnes de même foi. Les réfugiés cherchaient une région qui leur permettrait de pratiquer leur foi. Parmi les personnes en fuite se trouvaient des travailleurs qualifiés, ce qui a permis aux Pays-Bas de stimuler le développement économique. De plus, l'éthique du travail, issue du calvinisme, a également aidé. Les calvinistes accordaient une grande importance à l'éducation et au travail. Cela a permis d'augmenter la productivité du travail, ce qui s'est traduit par une compétitivité accrue sur le marché européen. Les provinces unies deviennent aussi un lieu d'afflux de capitaux de toute l'Europe protestante. Amsterdam devenait l'un des centres financiers du Vieux Continent.

01 Compagnie des Indes orientales voc tulipomanie

Logo de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales. Source : wikipedia.org

Il convient de rappeler que la première moitié du XVIIe siècle était une période appelée "l'âge d'or" aux Pays-Bas. Cela était dû au fait que ce pays était le bénéficiaire de découvertes géographiques. Les marchands s'enrichissent grâce au commerce avec l'Extrême-Orient. On a estimé qu'un voyage commercial réussi en Asie pouvait rapporter jusqu'à 400 %. La compagnie la plus importante au monde à cette époque était la Compagnie néerlandaise des Indes orientales. C'était aussi la première société cotée en bourse.

L'entreprise avait un monopole d'État sur le commerce avec les pays d'Extrême-Orient. Le commerce des épices était particulièrement rentable pour l'entreprise, où le prix de vente de certains produits était 17 fois supérieur au prix d'achat. Les économies d'échelle ont permis à la Compagnie des Indes orientales de rivaliser avec des concurrents anglais, portugais et espagnols. En outre, la société néerlandaise disposait de sa propre flotte et de son armée, qui assurait la protection sur les routes maritimes. Cela a réduit le risque de pertes dues aux actions des corsaires et des pirates. Grâce à cela, au XVIIe siècle, des investisseurs sont apparus qui ont profité de l'augmentation du cours des actions de Kompania et du versement de dividendes. Les bénéfices commerciaux étaient réinvestis dans l'entreprise et en partie utilisés pour la consommation. La richesse croissante de la société signifiait que les besoins des ménages augmentaient. Les villes sont devenues de plus en plus belles et le goût des classes supérieures plus raffiné. Cela a également affecté les jardins, qui étaient l'un des endroits où leur statut se manifestait. L'un des symboles de la richesse à cette époque était la tulipe, une fleur exotique importée.

Tulipes en Europe

Pour la première fois, les tulipes sont arrivées en Europe au XNUMXème siècle. En raison de leur apparence originale, qui ne ressemblait pas aux fleurs "ordinaires" poussant en Europe, elles étaient admirées pour leur "exotisme". En conséquence, les tulipes se sont retrouvées dans les jardins des riches Européens. C'était donc un produit de luxe. Après un certain temps, il est devenu un symbole de statut. Les gens riches n'étaient souvent pas amoureux de ces fleurs. Cependant, leur possession était considérée comme le devoir de tout homme riche "au niveau". De plus, la «classe moyenne en herbe» voulait paraître plus riche qu'elle ne l'était réellement. Ainsi, la principale raison d'acheter ces fleurs était la suivante - elles confirmaient le statut social et matériel. La popularité croissante des tulipes signifiait que l'intérêt pour ces fleurs atteignait également le bas de l'échelle sociale.

Les tulipes sont très sensibles aux conditions météorologiques. Dans le même temps, aux XVIe et XVIIe siècles, la culture arable n'était pas aussi développée qu'elle l'est aujourd'hui. Parfois, il arrivait qu'une grande partie des tulipes ne "vivent" pas jusqu'à la saison suivante. Les agriculteurs néerlandais ont développé des techniques qui permettraient de cultiver des tulipes aux Pays-Bas. La plus grande contribution a été apportée par le botaniste Carolus Clusius, qui a développé l'Hortus Academicus alors qu'il travaillait à l'Université de Leiden. Grâce à cela, la première variété de tulipe a été créée, capable de survivre à la culture dans le nord de l'Europe. En conséquence, de plus en plus de tulipes de production nationale sont apparues.

02 La manie des tulipes Semper Augustus

Semper Augustus l'une des tulipes les plus chères. Source : wikipedia.org

Les agriculteurs ont rapidement réalisé qu'il faut 7 à 12 ans pour pousser à partir de graines, tandis que les bulbes eux-mêmes fleurissent l'année suivante. Pendant la floraison, le bulbe d'origine a disparu, mais de nombreux bulbes plus petits sont apparus à côté, qui pourraient devenir des tulipes la saison suivante. Pour cette raison, il était important de bien entretenir les tulipes et de protéger les bulbes de la bonne manière. Il y a eu des situations où un stockage inapproprié ou une infection par un virus affectant les bulbes a entraîné une diminution de l'offre de tulipes au cours de la saison suivante.

Il convient de rappeler que la saison des tulipes a été très courte. Dans le nord, les tulipes ont fleuri entre avril et mai. En revanche, les soins aux bulbes ont eu lieu entre juin et septembre. Le reste de l'année, les fleuristes ou marchands de tulipes signent des contrats avec les notaires pour acheter les tulipes de l'année suivante. Il s'agissait en fait de contrats à terme.

Il faut ajouter qu'au XVIIe siècle les Hollandais étaient considérés comme des maîtres dans le domaine de la finance. Amsterdam devient le centre financier de l'Europe. Grâce à la profondeur du marché financier (comme à l'époque), un marché s'est créé sur lequel il était possible d'échanger des droits d'achat de bulbes de tulipes.

Marché aux tulipes dans les années 1634 - 1637

À mesure que les fleurs devenaient plus populaires, les producteurs de tulipes augmentaient leurs prix. Cela a été aidé par une bonne situation économique, qui a en outre été soutenue par des échanges commerciaux rentables avec l'Asie. En 1634, la demande de bulbes a également commencé à être signalée par des spéculateurs français qui voulaient utiliser l'arbitrage des prix pour tirer profit du commerce des tulipes. Une augmentation constante du prix des tulipes s'est poursuivie jusqu'en 1636. A cette époque, la hausse des prix résultait d'une augmentation plus rapide de la demande, à laquelle l'offre ne pouvait répondre.

En 1636, les tulipes étaient l'une des exportations les plus importantes (avec le gin et le fromage) des Provinces-Unies. On peut dire que même alors, les Pays-Bas devenaient un "centre de tulipes" en Europe.

Il n'est pas surprenant que le prix des bulbes dépende de l'offre et de la demande de ce produit. Il convient de noter que l'approvisionnement dépendait des conditions de stockage des bulbes de tulipes et de l'existence éventuelle d'un fléau susceptible de décimer leur nombre. Car il a fallu un an pour que l'approvisionnement se rétablisse (pour déterrer de nouveaux bulbes de tulipes qui avaient été plantées), le prix des fleurs pourrait fluctuer énormément avec des rumeurs sur l'approvisionnement potentiel la saison prochaine.

En novembre de la même année, une augmentation drastique des prix de certains bulbes de tulipes a commencé. Très vite, les prix des spécimens les plus rares ont commencé à atteindre des prix dépassant les centaines de florins. La période spéculative a été alimentée par des contrats de fourniture de tulipes pour la nouvelle saison. Les Néerlandais appelaient ces contrats windhandel ou "commerce aérien". Le nom vient du fait que pendant le commerce  aucune des ampoules n'a changé de mains. Les acheteurs pouvaient négocier avec un effet de levier car ils n'avaient qu'à payer des frais de 2,5% de la valeur du contrat. Ces contrats n'étaient pas négociés à la Bourse d'Amsterdam mais sur le marché de gré à gré (OTC). Il convient de mentionner que ce n'était pas un marché très liquide. Il est rare qu'un contrat ait changé plus d'acheteurs que trois fois. Ce n'était donc pas le métier auquel nous sommes habitués aujourd'hui.

Le pic de la manie des tulipes s'est produit pendant l'hiver 1636-1637. Certains des contrats ont changé d'acheteur jusqu'à 5 fois. Cela signifiait que sur un marché aussi illiquide, il y avait des gens volontaires qui pensaient pouvoir s'enrichir très rapidement grâce à "acheter cher et vendre plus cher".

C'était un jeu de plus grand imbécile, deux choses étaient nécessaires :

  • L'afflux de capitaux sur le marché,
  • Garder la foi que  les prix ne peuvent que monter.

Cela ne vous semble-t-il pas familier ? Avec l'augmentation du prix des bulbes de tulipes, il y a eu un effet de richesse. Les riches propriétaires de jardins qui gardaient leurs bulbes pour la saison prochaine sentaient que leur fortune augmentait. Les récits de l'époque mentionnent que certaines personnes ont embauché de la sécurité. Elle protégeait les jardins et les dépendances des pillards qui voulaient se procurer facilement des bulbes de tulipes et les revendre au marché noir. Le marché s'est développé sur la conviction que l'offre de bulbes en 1637 serait très faible. En conséquence, il y avait une chance pour une augmentation significative des prix. Plus la hausse des prix est élevée, plus il y a de retardataires qui ont voulu se joindre aux augmentations.

Rien ne dure éternellement. Pas plus tard qu'en janvier, les prix des tulipes augmentaient en raison de rumeurs sur la brûlure qui prévaut affectant les bulbes de tulipes.. En février, il s'est avéré que l'impact de la brûlure a un effet limité sur l'approvisionnement en bulbes. Le début de la perte de la foi a commencé en février 1637 à Haarlem. C'est alors pour la première fois que les acheteurs ne se présentent pas à la vente aux enchères de bulbes de tulipes. L'une des raisons était l'épidémie de peste bubonique. La peste, associée à un manque de confiance dans les pénuries de bulbes, a provoqué l'effondrement du marché des tulipes. L'éclatement de la bulle a eu pour effet une chute drastique des prix à terme et au comptant. De nombreuses variétés ont chuté de plus de 99 %.

La détérioration de la situation du marché a fait que certains acheteurs n'ont pas voulu honorer les contrats signés. Un tribunal néerlandais a ordonné le gel des contrats de bulbes de tulipes. Chacun des tribunaux locaux, après avoir examiné l'affaire, devait trancher seul les différends. Les accords conclus après le 30 novembre 1636 n'avaient pas à être honorés. L'acheteur du contrat ne devait payer que quelques pour cent de la valeur nominale du contrat pour ne pas être obligé d'acheter les ampoules.

Tulipomanie et données de marché - le problème de l'examen du phénomène

03 Anno 1637 la manie des tulipes

"Anno 1637. De tulpenwindhandel" - Johannes Hinderikus Egenberger. Source : Wikipédia.org

Malheureusement, le XNUMXe siècle n'était pas aussi avancé en termes de rapports sur les prix du marché qu'il l'était après la révolution industrielle.. Par conséquent, il existe peu de données sur les prix des bulbes de tulipes. Pour cette raison, il n'existe pas de données précises sur le début et la fin de la bulle sur le marché des tulipes. Une grande partie des données sur les prix provient d'une satire anonyme appelée : Dialogues entre Waermondt et Gaergoedt. La satire susmentionnée a été écrite juste après l'éclatement de la bulle des prix.

La fiabilité de ces données est remise en question par certains historiens. L'un des économistes - Peter Garber - a recueilli des données sur la vente de 161 bulbes pour 39 espèces de tulipes. Les données concernaient les années 1633 - 1637. Selon l'économiste, 53 d'entre elles ont été enregistrées dans "Dialogues". Fait intéressant, sur 161 ampoules, la plupart des données concernaient le 5 février 1637, lorsque la bulle a éclaté. Depuis ce jour, l'économiste a collecté des données sur 98 transactions. En outre, les prix concernaient diverses transactions telles que le commerce "contrats à terme", transactions au comptant, vente notariale par les éleveurs, vente de bulbes pour l'immobilier. Ainsi, il n'y aurait pas eu de marché homogène pour les bulbes de tulipes, mais plutôt une transaction entre particuliers sur un marché non standardisé.

La folie des foules - l'impact sur les opinions des générations futures

En 1841, le journaliste écossais Charles Mackay publie un livre « Les délires populaires extraordinaires et la folie des foules ». Il y a inclus plusieurs exemples de folie du marché. Parmi eux se trouvaient les histoires de la bulle de la mer du Sud et de la tromperie de la Mississippi Company. En outre, un exemple était la manie des tulipes. Le livre a donné le ton à la recherche sur les bulles de tulipes pendant de nombreuses années. Pendant des générations, le livre a été scruté à la fois par d'autres économistes et spéculateurs qui ont appris de ce livre comment reconnaître les périodes de folie du marché et la période de panique et de dépression qui a suivi. Fait intéressant, le livre de Mackay était basé, entre autres, sur sur l'ouvrage de Johann Beckmann "Une histoire des inventions, des découvertes et des origines". Dans ce travail, des données sur la tulipomanie reposaient en grande partie sur les "Dialogues" mentionnés ci-dessus.


LIRE LA CRITIQUE : Illusions extraordinaires et folie des foules [Livre]


Selon Charles, même les citoyens très pauvres des Pays-Bas étaient engagés dans la spéculation avec ces fleurs pendant la manie des tulipes. Dans le livre, il y avait des informations selon lesquelles les gens avaient donné 5 hectares (12 acres) de terrain pour un bulbe de tulipe Semper Augustus. D'autres offraient un panier de marchandises d'une valeur de 2500 350 florins pour une seule ampoule Viceroy. C'était une somme faramineuse. Un ouvrier qualifié pouvait gagner environ XNUMX florins par an. Selon le livre, la « fièvre des tulipes » a touché toutes les couches sociales. L'envie de spéculer a été encore alimentée par des histoires de personnes qui se sont enrichies très rapidement. L'ambiance était très optimiste, certains pensaient que les gens du monde entier à cette époque n'achèteraient des tulipes qu'aux Pays-Bas. Cependant, ce n'étaient que des rêves. L'appréciation temporaire des prix ne pouvait pas durer éternellement, car il était très facile de faire pousser plus de bulbes à partir de la tulipe que vous aviez. Ainsi, le monopole néerlandais ne pouvait pas durer éternellement. De plus, ces fleurs sont arrivées aux Pays-Bas depuis l'Empire ottoman. Il y avait donc d'autres pays qui pouvaient augmenter leur production, ce qui ferait baisser les prix.

Il y a aussi des anecdotes dans le livre qui sont peu probables pour les chercheurs actuels. L'un d'eux raconte qu'un des marins a pris un bulbe de tulipe pour un oignon normal et l'a mangé au petit-déjeuner. Au moment de la consommation, la valeur d'un tel bulbe de tulipe pourrait fournir le petit-déjeuner à tout l'équipage du navire toute l'année. Selon cette histoire, le marin devait être tenu pour responsable et jugé.

Des témoignages cités dans « La folie des foules », on peut retrouver des traces de comportements typiques de la période de manie marchande. Les investisseurs ont acheté des contrats d'achat de tulipes uniquement pour les revendre à un prix plus élevé. Ils n'étaient pas intéressés à posséder physiquement les bulbes et à les planter dans le jardin. Ce qui encourageait les gens à acheter, c'était le désir de s'enrichir rapidement. Plus cette manie durait, plus elle était difficile à maintenir. Cela était dû au fait que de plus en plus de capitaux étaient nécessaires pour maintenir la tendance à la hausse des prix des bulbes de tulipes.

Une nouvelle approche de la bulle tulipe

L'un des adversaires les plus célèbres de la vision standard de cette période de l'histoire était Anne Goldgar. L'historien américain croyait que la manie des tulipes affectait un groupe plutôt restreint de personnes. La plupart des histoires, en revanche, faisaient partie de la reproduction d'histoires spéculatives exagérées. Selon Goldgar, le commerce de l'oignon n'était pas aussi fluide que les chercheurs des 6e et 1637e siècles le prétendaient. D'après les recherches sur les documents de l'époque, selon elle, le commerce de la tulipe concernait principalement des marchands et des artisans expérimentés. Cependant, cela ne concernait pas l'élite des Pays-Bas d'alors. De plus, parmi les participants à la transaction examinés, Anne n'a réussi à trouver que XNUMX personnes riches qui, en XNUMX (l'année de l'éclatement de la bulle), ont connu des problèmes financiers.

Actuellement, certains économistes et historiens de l'économie s'attachent à trouver des raisons rationnelles à l'augmentation des prix. L'une des raisons de la forte variation des prix est l'impact de la guerre de 30 ans. La raison pourrait être l'afflux d'optimisme provoqué par l'adhésion des Pays-Bas et de la France au parti protestant et le début de l'occupation des Pays-Bas espagnols. Avec le début de la peste et la fuite des capitaux pour financer la guerre, le marché s'est effondré. La raison susmentionnée explique mal une si forte augmentation du prix des bulbes. La peste et les guerres peuvent être l'une des raisons de la baisse importante du prix des tulipes.

Goldgar mentionne qu'un changement similaire dans les prix des fleurs a suivi un schéma similaire plus tard. À titre d'exemple, elle a donné les jacinthes, qui ont acquis une immense popularité au XIXe siècle. En conséquence, les fleuristes ont commencé à se précipiter pour acheter des bulbes de cette fleur pour répondre à la demande. Au départ, cela s'est terminé par une augmentation significative du prix des bulbes. Lorsque le marché était saturé, il y avait une pénurie de personnes prêtes à augmenter davantage le prix. L'augmentation de l'offre a entraîné une énorme déflation des prix de ces fleurs. En 30 ans, les prix des ampoules les plus chères ont chuté de 99% par rapport au pic de prix.

À son tour, Peter Garber mentionne que la manie des tulipes, malgré son impact limité sur l'économie et le marché financier, a eu un fort impact sur la prise de conscience des personnes vivant à l'époque de la bulle et juste après. Pour de nombreux penseurs religieux et conservateurs, il était absurde que le prix du bulbe d'une fleur qui fleurit très rapidement puisse valoir plus que le travail d'une personne honnête pendant une année entière. Pour cette raison, des histoires transmises de génération en génération mettaient en garde contre la folie de la spéculation. Par conséquent, les histoires sur les conséquences de la manie ont été exagérées dans de nombreuses satires.

Un regard critique sur l'oeuvre d'Anne Goldgar

Certains chercheurs, cependant, sont d'avis que les recherches de Goldgar ne peuvent pas entièrement expliquer des hausses et des baisses de prix aussi importantes. En particulier, la théorie correspond mal à certaines des fortes augmentations du prix des bulbes de tulipes ordinaires. Certains économistes sont d'avis que la bulle du marché des tulipes n'était qu'un "écho" de l'augmentation significative de la masse monétaire observée aux Pays-Bas. Earl Thompson a également estimé que les arguments d'Anne n'expliquaient pas pourquoi certains bulbes de tulipes avaient chuté de 99,999% en quelques mois seulement, alors que les prix des fleurs à l'époque avaient tendance à baisser de 40% lors d'un marché baissier.

Selon Thompson, l'une des raisons de la forte variation des prix était l'intervention du gouvernement, qui résultait du lobbying des marchands de fleurs.. Suite aux persuasions des commerçants, la loi sur les contrats pour les bulbes de tulipes a été modifiée. Jusqu'à présent, les contrats imposaient à l'acheteur de le racheter à un certain prix. Après la modification de la loi, le contrat n'était plus qu'une option d'achat. Ainsi, formellement, les contrats à terme (obligation d'achat) ont été transformés en options (droit d'achat). Le défaut d'achat devait entraîner le paiement d'une commission s'élevant à plusieurs pour cent de la valeur du contrat. Earl pensait que certains investisseurs sur le marché étaient au courant de la modification de la loi, ils espéraient donc pouvoir utiliser un levier financier pour acheter des tulipes.. Ils ont compté l'augmentation future du prix des ampoules, sachant qu'ils n'avaient qu'une prime à payer et une "pénalité contractuelle" de quelques pour cent du contrat à perdre.

Le 24 février 1637, la Guilde néerlandaise des marchands de fleurs annonça que tous les contrats conclus après le 30 novembre et avant l'ouverture de la bourse au printemps 1637 seraient interprétés comme des "contrats sans obligation d'achat" si l'acheteur de le contrat payait une petite pénalité au vendeur du contrat (le propriétaire de l'ampoule). Ainsi, l'augmentation des prix à terme était le comportement rationnel des spéculateurs qui savaient qu'ils n'auraient pas à acheter d'ampoules à l'avenir.

Tulip Mania: Résumé

tulipomanie est l'un des exemples les plus célèbres de fièvre spéculative de l'histoire. Fait intéressant, le jeu dans "plus grand imbécile" est toujours valable malgré le fait que près de 400 ans se sont écoulés depuis la bulle des tulipes. Un exemple peut être bulle Internet soit une baisse de la valorisation des entreprises de croissance en 2022. Au XVIIe siècle, certains marchands et spéculateurs pensaient que le prix des tulipes continuerait d'augmenter, même si les prix de tulipes telles que Viceroy et Semper Augustus étaient évalués pour de nombreuses années de travail par un ouvrier qualifié. Au plus fort de la bulle, les tulipes les plus précieuses se vendaient 10 000 florins, l'équivalent d'un manoir sur le Grand Canal d'Amsterdam. De tels prix ne pouvaient être maintenus indéfiniment. Les tulipes sont une denrée courante, elles sont aussi faciles à produire (à long terme). Cela ne pouvait donc pas valoir autant à long terme.

Certains chercheurs suggèrent que l'étendue réelle de la manie des tulipes était bien moindre que dans les descriptions d'époque. La fièvre ne devait toucher que les marchands et un petit groupe de spéculateurs. Selon ces chercheurs, le marché secondaire du XVIIe siècle n'était pas aussi liquide qu'il l'est aujourd'hui, de sorte que les contrats étaient rarement négociés. À leur avis, les histoires ont été exagérées dans le cadre de l'éducation des générations futures sur la cupidité et la stupidité humaine. Même si la manie des tulipes avait une portée financière limitée, elle a certainement affecté la culture de l'époque. Cela peut être vu dans de nombreuses peintures et satires de l'époque. Une autre leçon de cette histoire est de mettre vos émotions de côté lorsque vous investissez ou spéculez. En jouant le "plus grand imbécile", vous ne savez jamais qui il est vraiment.

Qu'en penses-tu?
Je
20 %
intéressant
80 %
Heh ...
0%
Shock!
0%
Je n'aime pas
0%
blessure
0%
À propos de l'auteur
Forex Club
Forex Club est l'un des plus grands et des plus anciens portails d'investissement polonais - forex et outils de trading. C'est un projet original lancé en 2008 et une marque reconnaissable centrée sur le marché des devises.