débutant
Maintenant vous lisez
Investir en période de récession - Opportunité ou masochisme ?
0

Investir en période de récession - Opportunité ou masochisme ?

établi Forex Club22 Września 2022

Pour certains, investir dans une récession est clairement une opportunité « d'acheter à bas prix ». Pour d'autres, il semble que ce soit le pire moment pour acheter des actifs. Quelle est la vérité ? C'est quelque part au milieu, parce que tout dépend de comment et de quoi nous investissons. Un investisseur actif doit toujours être préparé aux conditions changeantes du marché. Les médias et les réseaux sociaux bombardent en permanence les investisseurs "Extrêmement important" informations. Les perspectives du marché dépendent de diverses attentes du marché concernant, entre autres, vers le bas:

  • résultats futurs de l'entreprise,
  • l'état de l'ensemble du secteur,
  • les flux mondiaux de capitaux,
  • trajectoires de taux d'intérêt,
  • l'inflation intérieure et mondiale,
  • Prospérité économique.

Dans le texte d'aujourd'hui, nous expliquerons comment penser les investissements à une époque où les économies mondiales se contractent et quelles classes d'actifs sont une bonne idée pour les temps difficiles. Nous vous invitons à lire !

Qu'est-ce qu'une récession ?

Pour savoir comment investir dans une récession, vous devez connaître sa définition. En règle générale, on parle de récession technique lorsque la croissance du PIB réel est négative pendant deux trimestres consécutifs. Bien sûr, il peut y avoir diverses raisons à la baisse Produit intérieur brut. Selon la formule simplifiée, le PIB est égal à la somme de la consommation, de l'investissement, des dépenses publiques et des exportations nettes. Comme vous pouvez le voir, la baisse de l'activité économique peut résulter d'une baisse des ventes au détail ou d'un ralentissement des investissements dans l'économie. Il arrive parfois que la baisse du PIB soit due à des chocs extérieurs comme, par exemple, l'agression d'un pays voisin (visible dans le cas de l'Ukraine), des sanctions économiques (Russie) ou une contraction rapide de l'économie du principal partenaire commercial (les exportations diminuent ensuite). Une baisse de l’activité économique peut entraîner :

  • Baisse des salaires réels,
  • Augmentation du chômage,
  • Diminution des dépenses d'investissement,
  • Réduction de la consommation privée.

Souvent, une récession est causée par plusieurs facteurs qui s'influencent mutuellement. Si l'activité dans les secteurs des services et de l'industrie diminue, alors les entreprises réduisent l'emploi. À mesure que le chômage augmente, la pression sur les augmentations de salaire s'affaiblit. Dans le même temps, la hausse du chômage entraîne une baisse de la consommation des ménages touchés par la perte d'emploi. La baisse de la consommation privée entraîne la baisse de la demande de biens dans l'économie. En conséquence, les entreprises connaissent une baisse de la demande intérieure. 

Parfois, la récession est de courte durée. Ensuite, ce n'est qu'un essoufflement temporaire avant que l'économie ne reprenne le chemin de la croissance. Cependant, l'ampleur des problèmes affectant l'économie est parfois telle que la baisse du PIB dure bien plus de deux trimestres. Ensuite on s'occupe dépression économique. Il s'agit simplement d'une récession plus profonde et plus longue. Il s'agit souvent de "nettoyer" l'économie des investissements manqués. En raison du ralentissement économique, les portefeuilles des banques se détériorent. Croissance des créances douteuses (prêt non performant) oblige les banques à allouer les capitaux de manière plus judicieuse. En conséquence, les entités dont la situation financière est moins bonne ont des problèmes de financement. Les prêts les plus problématiques vont à la restructuration. In fine, les projets d'investissement les moins rentables ne reçoivent pas de financement complémentaire. Finalement, ils sont interrompus. Pour cette raison, la demande de biens d'équipement et de matériaux de construction est en baisse. En conséquence, les entreprises produisant du ciment, de l'acier, des granulats ou des machines industrielles pourraient baisser leurs ventes.

Pendant la dépression, il y a aussi une augmentation du chômage, ce qui entraîne une baisse de la consommation. Cela est dû à une baisse des salaires réels dans les ménages. Pour cette raison, les budgets des ménages doivent être limités. Le plus souvent, les dépenses en biens discrétionnaires tels que les meubles, les voitures et les équipements RTV sont les premières à être limitées. Cela se traduit à son tour par une baisse des ventes des entreprises de meubles et des producteurs de téléviseurs et de home cinémas. De plus, de nombreux ménages reportent la rénovation de leurs maisons et appartements. Parmi les autres dépenses "inutiles" qui limitent les ménages sous pression financière figurent les sorties au cinéma, les restaurants ou les concerts. 

La détérioration de la position de liquidité des banques, conjuguée à la baisse des revenus des ménages, fait que l'offre de crédits immobiliers est en baisse. En raison du fait que de nombreux appartements sont achetés sur une hypothèque. Un problème particulier survient lorsque, en dehors de la récession, les taux d'intérêt sont à un niveau élevé. Ensuite, les prêts hypothécaires deviennent plus chers, ce qui réduit considérablement la solvabilité des clients. Dans le même temps, l'augmentation des charges d'intérêts, causée par des taux d'intérêt élevés, place de nombreux ménages sous pression financière. Cela crée une autre pression pour réduire les dépenses. Il convient de mentionner que la situation difficile du marché immobilier a un impact négatif sur les promoteurs immobiliers qui doivent faire face à deux problèmes. L'un d'eux est la pression à la baisse sur les prix de l'immobilier, qui affecte négativement la marge. Le deuxième problème est baisse de la demande, ce qui fait que de nombreux appartements invendus se retrouvent dans les stocks, ce qui provoque un "gel de trésorerie" et une augmentation des problèmes de liquidité chez les commerçants les plus faibles.

Comment les gouvernements combattent-ils la récession ?

Pour de nombreux gouvernements, la récession économique est une nouvelle très négative. Cela n'est pas dû à des raisons morales mais à un froid calcul politique. La détérioration des conditions économiques se traduit par une situation financière plus difficile pour de nombreux ménages. Ceci, à son tour, se traduit par une augmentation du mécontentement à l'égard des gouvernements « inefficaces » du parti politique actuel. En effet pour ceux qui sont au pouvoir, l'objectif principal est de rendre la récession aussi courte et douce que possible. Même si les mesures prises causent des problèmes à long terme, de nombreux dirigeants sont prêts à l'accepter juste pour rester au pouvoir.

Les gouvernements, par le biais de la politique budgétaire, peuvent atténuer quelque peu la récession. Une idée est d'augmenter le déficit budgétaire pour financer des dépenses publiques plus élevées. Des exemples de telles dépenses sont les programmes gouvernementaux de soutien au chômage ou les garanties de prêt pour les secteurs clés de l'économie. Une autre mesure que le gouvernement peut prendre est de financer des projets d'infrastructure qui devraient augmenter le PIB. Les stabilisateurs automatiques sont une autre solution potentielle au problème de la baisse de la demande globale. Il s'agit d'une politique budgétaire passive de l'État qui répond automatiquement aux changements de la situation économique. Les stabilisateurs automatiques de la situation économique comprennent les impôts (allègement des charges en période de ralentissement économique) et le "filet de sécurité sociale" (par exemple les allocations de chômage, l'aide sociale).

Une autre option que le gouvernement a est faire pression sur la banque centrale nationale pour qu'elle crée un programme de soutien à la liquidité pour le secteur bancaire. Une solution est l'achat d'actifs toxiques, qui améliore les bilans bancaires. L'amélioration de la situation des banques devrait accroître l'offre de prêts. Cela contribuera à la consommation de carburant et à l'investissement dans l'économie. Cependant, si le paquet monétaire est trop important, le déséquilibre de l'économie peut être trop important (par exemple, il peut y avoir financement de projets d'investissement non rentables).

Récession aux États-Unis

Selon les données recueillies par NBER de 1947 à 2022, il y a eu 10 récessions aux États-Unis. La plus longue période de baisse du produit intérieur brut s'est produite entre le troisième trimestre de 2008 et le deuxième trimestre de 2009. Cela signifiait quatre trimestres consécutifs. Les récessions des "trois quarts" se sont produites deux fois. Le premier au tournant de 1974 et 1975 et au tournant de 1953 et 1954. Bien sûr, la force de la récession a varié. La plus forte baisse de récession (c'est-à-dire de 2 trimestres) du PIB a eu lieu en 2020, lorsqu'elle s'élevait à plus de 10 %. La raison en était le confinement, qui a provoqué une forte baisse de l'activité économique.

Quelques réflexions sur la récession

Pour les investisseurs, la récession ne devrait pas être effrayée par la récession. Au lieu de cela, il devrait rechercher des opportunités de profiter des promotions basées sur le marché pour acheter de grandes entreprises à moindre coût.

La récession n'est pas terrible !

De 1871 à 2022, les États-Unis ont connu 30 récessions. Cela signifiait que en moyenne, il y avait un ralentissement économique tous les 5 ans. Malgré de nombreuses récessions, le marché boursier américain a fourni un real annuel moyen (c'est-à-dire après soustraction de l'impact de l'inflation) de 6,9 ​​%. L'investissement à long terme sur le marché boursier américain était l'un des meilleurs moyens de créer de la richesse, quel que soit le boom actuel du marché boursier. Bien sûr, cela nécessite une vision à très long terme de l'investissement sur le marché des capitaux. Malheureusement, la plupart des investisseurs se concentrent sur des investissements à très court terme et se concentrent sur l'analyse du battage médiatique qui peut vous inciter à prendre position sur le marché plus souvent que nécessaire.

Attraper des hauts et des bas n'est pas le but de l'investisseur

Certains professeurs de finance recommandent d'investir dans des bons du Trésor sûrs à 3 mois pendant le ralentissement économique. En revanche, à la fin de la récession, ils recommandent d'acheter des actions en bourse. Une telle stratégie a permis de battre le marché de 1 point de pourcentage dans les années 1928 - 2021. Cependant, il était responsable de toutes les différences Grande Dépressionau cours de laquelle les actions ont chuté de plus de 80 %. Si vous prenez en compte le temps écoulé depuis la fin de la Grande Dépression, la stratégie a généré un taux de rendement d'environ 10,6 % par rapport à 11,7% de la stratégie d'achat et de conservation. Charlie Bilello a énuméré une stratégie dans laquelle l'investisseur vend des actions un an avant la récession et les achète un an après la fin de la récession. Les résultats de cette stratégie sont présentés dans le tableau ci-dessous :

00 récession

C'est une confirmation que le marché des capitaux n'est pas l'économie elle-même. Le plus souvent, le marché boursier chute avant une récession et commence à remonter avant la fin de la récession. Essayer de prédire le comportement du marché est bon pour les professionnels qui analysent les mouvements de prix sur le marché boursier. Cependant, les investisseurs débutants et les investisseurs fondamentaux devraient éviter d'attraper des hauts et des bas.

Utiliser l'héritage pour les achats

Trop tergiverser avec les achats pendant les baisses du marché est une très grosse erreur. Il convient de rappeler que le marché anticipe plus tôt les changements de la conjoncture économique. Pour cette raison, vous ne devriez pas attendre la fin officielle de la récession par les agences gouvernementales pour acheter des actions. Le comportement est un bon exemple l'indice S&P 500qui, au cours des 6 dernières récessions, a augmenté de plusieurs dizaines de pour cent à partir de creux avant que le NBER n'annonce la fin de la récession.

01 investir en période de récessionBien sûr, rien ne garantit que l'investisseur achètera les actions directement dans le trou. Par conséquent, une stratégie plus sûre consiste à acheter systématiquement des actions après chaque ralentissement majeur. Cependant, cela nécessite des fonds supplémentaires. Ils peuvent provenir d'une gestion judicieuse du budget de votre ménage et de la génération d'excédents mensuels pouvant être investis en bourse.

Diversifiez votre portefeuille, pensez à long terme et soyez flexible

Pendant un marché baissier et la durée de la récession, le sentiment du marché est faible. Cela fait que de nombreuses classes d'actifs évoluent dans la même direction - vers le bas. Dans de telles périodes, il vaut la peine d'avoir un portefeuille diversifié, car certains segments de marché affichent des performances légèrement supérieures à celles de l'ensemble du marché. 

Bien sûr, il existe des stratégies qui fonctionnent assez bien dans un marché baissier. L'un d'eux prend une position longue sur l'indice VIX. Lors d'une panique du marché, la volatilité augmente généralement, ce qui entraîne une augmentation de la valeur de l'indice. Pendant la panique en 2020, le VIX, de janvier au 18 mars, a quadruplé. Cependant, ce n'était pas une bonne idée de conserver cette fonction de sécurité pendant longtemps. Du 19 mars à juillet 2020, l'indice VIX a diminué de 50 %. En revanche, si l'investisseur conservait la position jusqu'au début du mois d'août 2022, la perte sur l'indice serait d'environ 90 %. 

Comme vous pouvez le voir, il est logique de surveiller votre position et d'être flexible dans les stratégies de couverture. Parfois, la meilleure stratégie en "Crise précédente", cela ne fonctionne pas toujours bien dans les périodes ultérieures de turbulences sur les marchés. Un horizon à plus long terme devrait concerner les actions détenues dans le portefeuille d'investissement. 

Jetez un œil au marché des matières premières

Si le marché est dans une phase de ralentissement économique, le niveau d'investissement baisse généralement. Cela réduit la demande de matières premières nécessaires à la réalisation de projets d'infrastructure, immobiliers et industriels. Pour cette raison, la demande de cuivre (également appelé Docteur Cuivre). Le doctorat en économie est dû au fait que cette matière première est utilisée dans de nombreuses industries, donc les fluctuations des prix du cuivre peuvent annoncer un changement de tendance dans l'économie. Cuivre il est utilisé depuis la construction des maisons, des machines, de l'électronique jusqu'aux réseaux de transmission. Pour cette raison, la baisse de la demande de cuivre peut annoncer des problèmes économiques. Selon les données de la CDA (Copper Development Association), environ 46 % de la production de cuivre est utilisée dans l'industrie de la construction, 21 % dans les pièces électriques, 17 % dans les biens de consommation et industriels, les équipements et les machines, et 16 % dans les transports.

Pour cette raison, les prix du cuivre sont un assez bon indicateur avant le cycle économique. Les commandes annulées pour le cuivre pourraient entraîner une baisse de la demande et faire baisser les prix de ce métal.

Bien entendu, la variation des prix du cuivre peut parfois être due à des variations de l'offre. Cependant, en règle générale, l'offre s'adapte beaucoup plus lentement à l'évolution de la demande. 

Lorsque la récession fait la une des journaux et que les prix des producteurs de cuivre chutent, les investisseurs peuvent se tourner vers les sociétés minières de cuivre. Les entreprises de ce type sont très volatiles, ce qui donne aux spéculateurs la possibilité d'obtenir un taux de rendement élevé à court terme. Cela peut être vu dans le tableau ci-dessous. La ligne bleue montre les variations du prix de KGHM (l'un des plus grands producteurs de cuivre et d'argent au monde). La ligne orange marque les changements dans l'indice WIG 20. 

00 KGHM contre perruque 20À son tour, la hausse des prix du cuivre (sans changement dans l'offre) peut indiquer une reprise de l'économie. Les entreprises de matières premières ont une structure de coûts rigide, par conséquent, l'augmentation des prix du cuivre augmente considérablement la rentabilité des entreprises qui extraient cette matière première.

Investir en période de récession - Résumé

La période de récession est particulièrement frustrante pour les investisseurs qui ont un horizon de placement à long terme. La chute des cours boursiers, conjuguée à "Bruit d'information", n'inspirent pas positivement les investisseurs timorés. Les gros titres des journaux, Twitter, les chaînes de télévision économiques informent sur d'autres faillites et problèmes économiques. Cela peut encourager la vente même d'une entreprise de bonne qualité par un investisseur effrayé. 

Pendant le ralentissement du marché, un large marché chute, qui comprend à la fois de très bonnes entreprises avec de grandes perspectives et des entreprises ayant des problèmes financiers. Pour un investisseur fondamental, cette situation de marché peut être l'occasion d'acheter des actions bien en deçà de la valeur intrinsèque de l'entreprise. Ce qui est important, c'est d'éviter l'envie d'attraper des hauts et des bas. Vendre des actions dans l'espoir qu'elles seront bientôt moins chères peut amener l'investisseur à vendre l'action au plus fort de la panique.

Il convient de rappeler que même la plus grande récession et le marché baissier prendront fin un jour. Elle est suivie d'une période de reprise économique et d'un boom du marché. Pour cette raison, les investisseurs doivent toujours être optimistes quant au long terme. Le temps est toujours le meilleur allié pour les entreprises qui ont de bonnes perspectives (par exemple, une entreprise a des avantages compétitifs permanents).

Les sociétés de matières premières sont une idée d'investissement intéressante pour les investisseurs qui aiment les transactions à court ou moyen terme. Une période de récession peut être un bon moment pour prendre une position longue sur des sociétés surévaluées, par exemple z secteur minier.

Qu'en penses-tu?
Je
25 %
intéressant
75 %
Heh ...
0%
Shock!
0%
Je n'aime pas
0%
blessure
0%
À propos de l'auteur
Forex Club
Forex Club est l'un des plus grands et des plus anciens portails d'investissement polonais - forex et outils de trading. C'est un projet original lancé en 2008 et une marque reconnaissable centrée sur le marché des devises.