Actualités
Maintenant vous lisez
Les menaces de Poutine ont été plus que neutralisées par les efforts anti-inflationnistes de Powell
0

Les menaces de Poutine ont été plus que neutralisées par les efforts anti-inflationnistes de Powell

établi Forex Club26 Września 2022

Dans la semaine avec des décisions majeures à Washington et à Moscou, les matières premières ont globalement sous-performé. L'annonce de Powell selon laquelle il allait lutter contre l'inflation galopante au détriment de la croissance économique et de l'emploi a déclenché une tourmente sur les marchés, suivie d'une augmentation des rendements obligataires et d'un renforcement du dollar, ce qui a entraîné des baisses dans la plupart des classes d'actifs. Les efforts de plus en plus désespérés de Poutine pour compenser les pertes en Ukraine ont aidé à soutenir un certain nombre de matières premières, dont le blé, le diesel et, initialement, l'or.

Lors de la dernière réunion FOMC la Réserve fédérale américaine a réussi à surprendre le marché avec une approche agressive après que la hausse de taux attendue de 75 points de base ait été complétée par la suppression des attentes d'une baisse des taux en 2023. Ces changements se sont produits malgré une réduction significative des prévisions du PIB pour cette année et l'année prochaine comme ainsi qu'une forte augmentation du taux de chômage prévu, ce qui est un signal Fed est prêt à poursuivre les hausses de taux même en cas de ralentissement de l'économie, afin de contenir l'inflation.


À propos de l'auteur

Ole Hansen Saxo BankOle Hansen, chef du département stratégie des marchés des matières premières, Saxo Bank. Drejoint un groupe Saxo Bank en 2008. Se concentre sur la fourniture de stratégies et d'analyses des marchés mondiaux des produits de base identifiés par les fondations, le sentiment du marché et le développement technique. Hansen est l'auteur de la mise à jour hebdomadaire de la situation sur le marché des marchandises et fournit également aux clients des avis sur le commerce de marchandises sous la marque #SaxoStrats. Il coopère régulièrement avec la télévision et les médias imprimés, notamment CNBC, Bloomberg, Reuters, Wall Street Journal, Financial Times et Telegraph.


Ces évolutions ont contribué à une forte hausse du dollar et des rendements des obligations d'État américaines, et comme d'autres grandes banques centrales ont également relevé leurs taux d'intérêt, les craintes d'une récession ont prévalu et ont entraîné une forte baisse des prix des matières premières dépendantes de la croissance économique, telles que coton ou cuivre. Cependant, dans le même temps, d'autres matières premières, telles que l'or, le blé et le diesel, ont réussi à trouver un soutien après que Poutine ait intensifié son invasion affaiblissante de l'Ukraine, assurant ainsi le statut d'or d'un refuge sûr tout en augmentant le risque de fournir des actifs critiques. matières premières telles que le blé, le pétrole brut et les produits pétroliers.

L'indice Bloomberg des matières premières a reculé de 2,5 % sur une base hebdomadaire, sous l'effet du resserrement de la politique monétaire, qui a eu un impact négatif sur les prévisions de croissance économique, de l'affaiblissement de l'économie chinoise et de la crise énergétique en Europe, qui a entraîné la l'indice des directeurs d'achat (PMI), y compris la région, a chuté à son plus bas niveau depuis 2013. Les pertes les plus importantes ont été enregistrées gaz naturel, coton, pétrole brut et métaux industriels.

indice bloomberg 26 septembre 2022

En raison de nombreuses incertitudes, l'environnement de la plupart des matières premières restera très volatil jusqu'à la fin de cette année. Alors que les signes d'une récession imminente deviennent de plus en plus évidents, il est peu probable que le secteur subisse de graves dommages avant d'accélérer à nouveau en 2023. Les récentes actions du FOMC ont rapproché le marché du pic belliciste qui pourrait être atteint au dernier trimestre. de 2022. et quand ce sera le cas, le martèlement du dollar et les rendements des obligations d'État pourraient atténuer certaines des difficultés actuelles.

Notre prévision de prix des matières premières stables et même potentiellement plus élevés, principalement en ce qui concerne les niches de prix actuellement élevées dans les trois secteurs : énergie, métaux et produits agricoles, est basée sur les sanctions, l'inflation des coûts de production, des conditions météorologiques défavorables et un faible appétit d'investissement ; Dans cette optique, nous nous attendons à ce que l'indice Bloomberg des matières premières, qui surveille un panier de 24 matières premières clés, maintienne la plupart de ses gains en glissement annuel à environ 15 % pour le reste de l'année.

Les tarifs mondiaux pour le transport de conteneurs sont en baisse

La dégradation des perspectives économiques mondiales se traduit par la baisse constante du coût de transport des conteneurs de 10 pieds dans le monde, en particulier sur les grands axes commerciaux de la Chine vers l'Europe, ainsi que vers les côtes est et ouest des États-Unis. Le taux de fret composite mondial de référence pour les conteneurs de Drewry a chuté de 4% la semaine dernière à 472 2020 $ pour un conteneur de 57 pieds, le plus bas depuis décembre 21. C'est également une baisse de XNUMX% par rapport au pic du XNUMX septembre, mais le prix est toujours trois fois supérieur au pré- moyenne pandémique, suggérant une nouvelle baisse alors que l'économie mondiale continue de ralentir. Comme nous l'avons mentionné, le trafic sur toutes les principales routes commerciales de la Chine vers les États-Unis et l'Union européenne a diminué, tandis que la route transatlantique vers New York reste la même, potentiellement en raison d'une dépréciation de l'euro soutenant les exportations vers l'étranger.

prix du fret

Le blé avec la plus forte croissance depuis mars dans un contexte d'inquiétudes concernant l'Ukraine et la météo

Les contrats à terme sur le blé négociés sur les bourses de Chicago et de Paris - les deux marchés de produits de base les plus performants la semaine dernière - ont culminé à un sommet de deux mois en raison du risque d'une escalade du conflit en Ukraine menaçant le couloir d'exportation soutenu par l'ONU et en raison de la sécheresse en les régions cultivent en Argentine et dans les Grandes Plaines américaines. Cela malgré la mise à jour optimiste des données de production par le Conseil international des céréales, qui a révisé ses prévisions de production mondiale pour la campagne 2022/2023 de 8 millions de tonnes, principalement grâce à une augmentation de la production en Russie, au Canada et en Australie, ce qui signifie une augmentation des stocks en fin de période de 10 millions de tonnes.

Cependant, la réduction des exportations ukrainiennes déjà faibles de blé de haute qualité pourrait soutenir les prix pendant les mois d'hiver, en particulier compte tenu du risque d'un triple phénomène La Ninã qui suscite des inquiétudes quant à la production au cours de la prochaine saison de croissance de l'hémisphère sud. En août, les exportations de l'Ukraine ont totalisé 883 000 tonnes, soit environ 2,7 millions de tonnes de moins que le niveau de l'an dernier. Ce déficit pourrait augmenter en septembre, généralement le mois le plus chargé pour les exportations ukrainiennes (4,6 millions de tonnes l'an dernier). Cependant, le maintien de la route ouverte entraînerait un soutien des exportations dans la période qui suit généralement la haute saison d'activité.

Exportations ukrainiennes de blé

L'or succombe à la force du dollar et à la rentabilité

Pendant la majeure partie de la semaine, l'or a eu du mal à trouver un accord géopolitique qui le protégerait des effets négatifs de la flambée des rendements du Trésor américain et du dollar. Finalement, cependant, le marché s'est effondré sous le poids de la détérioration du sentiment du marché, entraîné par la hausse des rendements des obligations d'État américaines à 32 ans de 3,75 points de base pour atteindre un sommet de 2 ans de 1997 % et une hausse de l'indice Bloomberg du dollar de XNUMX % à un niveau record (le plus haut depuis XNUMX). .).

Or et autres métaux pratiquement-l'investissement, comme argent czy platine, continuera probablement d'être sous pression jusqu'à ce que le marché atteigne son sommet belliciste, peut-être au plus tôt après que les rendements à dix ans aient atteint 4 % et que le dollar ait effacé tous les shorts restants. Reste à savoir si le tournant sera atteint d'ici la fin de l'année. Poursuivre les augmentations taux d'intérêt tout en augmentant les attentes d'un ralentissement de la croissance économique et de la hausse du chômage, le FOMC signale que la récession est un prix à payer pour contenir l'inflation. Nous pensons depuis longtemps que le marché, comme le FOMC, pourrait être trop optimiste pour croire que l'inflation reviendra en dessous de 3 %, ce qui est désormais intégré dans le marché des swaps.

La résistance est passée à 1 690 $, tandis qu'une chute en dessous de 1 654 $ vendredi pourrait voir le marché viser une rétraction de 50 % par rapport à la ligne de rallye 2018-2020 à 1 618 $.

Baisse du cuivre et du pétrole brut en réponse aux inquiétudes concernant la croissance économique

Des matières premières dépendantes de la croissance et de la demande - de cuivre i aluminium po pétrole - ont diminué suite aux évolutions macroéconomiques évoquées ci-dessus, les questions de soutien de l'offre, notamment de pétrole, étant pour l'instant écartées. Quelques signes de faiblesse ont cependant été observés dans le cas du cuivre, dont les stocks surveillés par le London Metal Exchange ont fortement augmenté pendant cinq jours consécutifs, tandis que le marché au comptant montrait des signes de léger relâchement de l'offre. Les contrats à terme sur le cuivre HG négociés à la Bourse de New York ont ​​​​chuté de 4% vendredi à 3,33 $ la livre, ce qui signifie potentiellement que le métal fera une autre tentative pour briser le support clé autour de 3,14 $ la livre, le plus bas de juillet et les retracements de 61,8% par rapport au 2020- Ligne de rallye 2022.

Le pétrole brut a baissé après avoir passé la majeure partie de la semaine dans une fourchette relativement étroite ; Powell contre Poutine (demande contre offre) n'est pas sorti clairement vainqueur jusqu'à vendredi, lorsque le Brent et le pétrole WTI ont chuté alors que le FOMC réduisait l'appétit pour le risque et les craintes concernant la croissance économique tandis que le dollar et les rendements continuaient d'augmenter. Nous sommes confrontés à un trimestre difficile et potentiellement volatil avec de nombreuses zones d'incertitude conflictuelles affectant la direction des prix. Alors que les risques pour la croissance sont pris en compte, le marché a laissé pour un autre jour les inquiétudes concernant l'impact de l'embargo sur le pétrole et le carburant de l'UE, ainsi qu'une inversion partielle de la vente par les États-Unis de 180 millions de barils de ses réserves stratégiques.

graphique du pétrole brut le 26 septembre

Qu'en penses-tu?
Je
0%
intéressant
100 %
Heh ...
0%
Shock!
0%
Je n'aime pas
0%
blessure
0%
À propos de l'auteur
Forex Club
Forex Club est l'un des plus grands et des plus anciens portails d'investissement polonais - forex et outils de trading. C'est un projet original lancé en 2008 et une marque reconnaissable centrée sur le marché des devises.