débutant
Maintenant vous lisez
Faillite d'Enron - Qu'est-ce qui a conduit à l'effondrement de l'entreprise ? Vol. II
0

Faillite d'Enron - Qu'est-ce qui a conduit à l'effondrement de l'entreprise ? Vol. II

établi Forex ClubNovembre 17 2022

W la première partie de l'histoire d'Enron nous vous avons présenté ce qu'étaient les véhicules à usage spécial et à quoi ressemblait le modèle commercial de l'entreprise. Dans la deuxième partie, nous nous concentrerons sur les causes ultérieures de la faillite d'Enron. Enron a échoué pour une seule raison. Il y avait un certain nombre de facteurs qui ont causé la faillite de l'entreprise. Dans la prochaine partie de l'article, nous présenterons quels ont été les facteurs qui ont permis à Enron de tromper les analystes, les investisseurs et les régulateurs.


LIRE: Faillite d'Enron - L'une des plus grosses escroqueries financières. Première partie


L'une des principales raisons qui ont permis la fraude financière était la structure commerciale compliquée qui rendait difficile pour les investisseurs et les analystes d'analyser en profondeur les opérations de l'entreprise. De plus, Enron a "jeté" certaines de ses pertes et dettes hors du bilan. Cela a donné à l'entreprise une apparence plus saine sur le papier qu'elle ne l'était en réalité. La faillite d'Enron n'est pas seulement une inefficacité opérationnelle, mais aussi des pratiques comptables malhonnêtes. Andrew Fastow, qui a été embauché par Jeffrey Skilling (Directeur des Opérations chez Enron).

Constatation des revenus

Comme nous le savons de la première partie, Enron a généré des revenus à partir de diverses activités. Tant dans le négoce sur le marché de gros, les activités d'investissement, la construction et l'entretien de centrales électriques, que l'intervention sur le marché du transport de gaz naturel. Pour cette raison, l'analyse des revenus n'était pas aussi simple qu'elle l'était dans les années 80.

Parce qu'Enron a pris le risque d'acheter et de vendre des produits, il pourrait rapporter de la valeur les produits vendus en tant que revenus (même s'ils proviennent de transactions spéculatives) et le coût d'achat en tant que coûts de vente. Il s'agissait d'un modèle commercial différent du soi-disant "agent", qui consistait à livrer le produit au consommateur sans prendre le risque d'acheter et de vendre des produits. Enron sélectionne le type de reconnaissance des revenus Le « modèle marchand » s'est traduit par une augmentation très rapide des revenus. Entre 1996 et 2000, les revenus sont passés de 13,3 milliards de dollars à 100,7 milliards de dollars. Il convient de noter que l'entreprise opérait dans une industrie qui ne croissait « organiquement » que de quelques pour cent. Un taux de croissance aussi élevé des revenus était dû à une augmentation significative de l'activité de négociation.

Un autre problème posé par l'analyse des états financiers d'Enron était les astuces comptables. L'une des plus courantes consistait à classer les prêts comme des ventes. Un bon exemple est la transaction entre Enron et Merrill Lynch concernant certains actifs nigérians. Juste avant la fin du trimestre, Enron a "vendu" les actifs à une banque américaine avec une garantie de rachat. À la date du rapport, Enron comptabilisait des revenus et plusieurs millions de dollars de profit de la transaction. Au trimestre suivant, Enron rachetait des actifs. Certains cadres supérieurs de Merrill Lynch et Enron ont été emprisonnés pour des transactions fictives.

Comptabilité au prix du marché

Avant l'avènement de « l'ère des compétences », la comptabilité d'Enron était très ordonnée. Au cours de chaque période de présentation de l'information financière, la société a constaté des revenus et les coûts correspondants des approvisionnements en gaz. Cette comptabilité s'appliquait également aux contrats à long terme, ce qui facilitait l'analyse de la rentabilité opérationnelle de l'entreprise. Skilling a eu l'idée qu'Enron commence à utiliser la comptabilité mark-to-market.marché. L'objectif était de représenter correctement la "véritable valeur économique" des contrats d'Enron. La société énergétique a été la première société non financière cotée en bourse à utiliser ce modèle comptable pour des contrats complexes à long terme. Ce modèle comptable consistait à estimer les bénéfices de l'ensemble du contrat et à les actualiser à la valeur actuelle (valeur actuelle des bénéfices futurs). Le problème était qu'il était difficile d'estimer les coûts des contrats conclus pour, par exemple, 5 ans. Cela signifiait que un tel modèle signifiait que le résultat dépendait largement des hypothèses formulées. Il se peut qu'en dépit de la déclaration de bénéfices, Enron n'ait pas généré de flux de trésorerie positifs à partir du contrat. Enron devait poursuivre sa croissance pour suivre la croissance de l'entreprise et répondre aux attentes des analystes. Les acquisitions ne devaient pas avoir de sens économique à long terme, mais fournir de nouveaux bénéfices à partir de contrats à long terme. Bien sûr, au fil du temps, un tel modèle est devenu de plus en plus difficile à maintenir.

Un exemple de contrat était l'accord de juin 2000 entre Enron et Blockbuster Video. Le contrat a été signé pour 20 ans et devait introduire des services de visionnage de films et de séries à la demande. Après la signature du contrat, Enron a déclaré un bénéfice de 100 millions de dollars sur le contrat. Néanmoins, les analystes du marché se sont interrogés sur la possibilité qu'un tel service fonctionne réellement. Après plusieurs pilotes, Blockbuster a résilié le contrat avec Enron, ce qui a obligé l'entreprise à mettre à jour la valeur du contrat.

culture d'entreprise

L'une des raisons qui ont conduit au scandale Enron était culture d'entreprise. SPM (Système de gestion de la performance) a été construit de telle manière qu'il était gratifiant "le plus précieux" des employés. Seuls les indicateurs de performance à court terme (KPI) importaient. Pour cette raison, l'atmosphère de course effrénée régnait dans l'entreprise. Personne ne pensait au long terme, seul le profit à court terme était important, ce qui était récompensé par des bonus élevés. Par conséquent, les employés souhaitaient conclure chaque transaction dès que possible, quel que soit l'effet à long terme des contrats signés. Ce qui importait était de "prouver les indicateurs" et d'obtenir un bonus. De plus, les transactions qui ont eu un impact direct sur les résultats financiers les plus proches ont été privilégiées. Il y avait une boucle de rétroaction : plus les contrats avaient un effet positif à court terme sur les bénéfices, meilleurs étaient les résultats financiers. Plus les résultats financiers sont bons, plus le cours de l'action est élevé. Cela a à son tour fourni des bonus plus précieux (payés en actions et choix pour les actions).

Il y avait une frénésie au sujet du cours des actions de l'entreprise. Le téléscripteur de l'entreprise était placé dans les halls, les ascenseurs et sur les ordinateurs de l'entreprise. Sam Skilling a toujours demandé "de quels bénéfices avons-nous besoin pour augmenter le cours de l'action" lors de l'établissement du budget.

Faillite d'Enron - chronologie

Le processus même de l'effondrement de l'entreprise s'étale dans le temps. Cela est dû au fait qu'en supprimant certains passifs du bilan et en corrigeant le compte de profits et pertes, Enron n'a eu aucun problème à financer ses opérations dans les banques pendant de nombreuses années. Cependant, rien ne peut durer éternellement, finalement des problèmes ont commencé à faire surface.

Septembre 2000 - juillet 2001 : Les premières fissures apparaissent dans l'image d'Enron

En septembre 2000, un journaliste Le Wall Street Journal a écrit un article sur la façon dont la comptabilité mark-to-market est devenue populaire dans l'industrie de l'énergie. Sa conclusion finale était que les investisseurs ne savent pas comment le modèle d'évaluation au prix du marché (MTM) affecte réellement les bénéfices de l'entreprise (c'est-à-dire quelles hypothèses sous-tendent l'évaluation MTM). L'article a suscité l'intérêt du célèbre vendeur à découvert Jim Chanos pour se plonger dans le rapport annuel d'Enron.

00 Faillite d'Enron par Jim Chanos

Jim Chanos, source : AutoBlog.com

Après avoir lu le rapport, Chanos s'est rendu compte qu'il était difficile d'expliquer pourquoi le segment du haut débit se développait plus rapidement qu'une industrie en difficulté. De plus, il s'inquiétait de l'ampleur des dépenses en immobilisations et du grand nombre d'actions vendues par les dirigeants d'Enron. En conséquence, Jim Chanos a commencé à vendre à découvert des actions d'Enron en novembre 2000.

En mars 2001, Bethany McLean de Fortune a écrit un article intitulé « Enron est-il surévalué ? » (org. Enron est-il trop cher ?). Dans l'article, Bethany s'est demandé comment une entreprise énergétique pouvait négocier après 55 fois ses bénéfices, comme la plupart des analystes. et les investisseurs ne savent pas exactement comment l'entreprise gagne de l'argent. McLean, persuadé par Chanos, a décidé de suivre le rapport annuel de l'entreprise. Ce à quoi elle prêtait attention, c'était l'énorme dette qui ne cessait de croître. Le journaliste a tenté de contacter la direction de l'entreprise, mais celle-ci a refusé de fournir des explications détaillées. Comme Fastow lui-même l'a affirmé, Enron a plus de 1200 XNUMX livres de négociation pour divers produits de base, et il ne veut pas que quiconque sache ce qu'il y a dans ces livres. La raison était qu'Enron :

bethany mclean

Bethany McLean, source : wikipedia.org

"ne voulait dire à personne où l'entreprise gagnait son argent".

La société a également essayé de ne pas partager toutes les informations avec les investisseurs. Lors de la conférence des résultats du 17 avril 2001, elle n'a pas fourni le bilan dans son rapport préliminaire (on le voit apparaître, entre autres, dans le pod tym linkiem). À la remarque de l'analyste Richard Grubman selon laquelle Enron est la seule entreprise de sa taille à ne pas inclure de bilan dans ses résultats préliminaires, le PDG d'Enrin (Skilling) a répondu :

"Alors... euh... Merci beaucoup, je l'apprécie… .. connard ”.

Le "connard" susmentionné est devenu une blague au sein de l'entreprise ("Demande pourquoi, connard"). L'événement à la conférence des résultats a suscité l'indignation et la consternation dans la communauté des investisseurs. C'était aussi un signal que Skilling perdait patience, car jusqu'à présent il avait réagi froidement ou avec humour à de telles remarques.

L'entreprise se vantait d'augmenter ses revenus, mais sa rentabilité était faible. Pour cette raison, en 2001, les actions de la société se sont négociées 30 % de moins que l'année précédente. Enron n'a pas non plus été aidé par les scandales dans lesquels l'entreprise a été impliquée. L'un d'eux était le projet Puissance de Dabhol en Inde. La raison était des allégations de pratiques de corruption  dans lequel l'entreprise peut avoir été impliquée. De plus, la réputation d'Enron a été ternie par la crise énergétique en Californie. En conséquence, les prix de gros de l'énergie entre avril et décembre 2000 ont augmenté de 800 %. Des vagues de pannes d'électricité ont balayé l'État. Enron a été accusé d'avoir artificiellement réduit l'approvisionnement en électricité. La crise californienne a coûté à l'économie entre 40 et 45 milliards de dollars et s'est soldée par la faillite de PG&E (Pacific Gas & Electric).

Août 2001 - Septembre 2001 : départ du PDG et début de la restructuration

Un autre drapeau rouge a été la démission de Skilling en tant que PDG. Cela s'est produit le 14 août 2001 et s'explique par des "raisons personnelles". Peu de temps avant de démissionner, il a vendu 450 000 actions pour 33 millions de dollars. Au 14 août, il possédait toujours plus d'un million d'actions de la société. Kenneth Lay a succédé à Skilling. La célèbre réponse de Lay du 14 août 2001 à la question d'un analyste semble rétrospectivement grotesque :

"NIl n'y a pas de problèmes de comptabilité, de négociation ou de réserve ou tout autre problème. Je pense qu'il est juste de dire que l'entreprise est dans la meilleure forme qu'elle ait jamais été."

Cependant, tous les employés d'Enron n'étaient pas du même avis. L'une des personnes qui a averti le PDG de la comptabilité illégale était Sherron Watkins, qui était vice-président d'Enron. Le 15 août 2001, elle a averti Lay que l'entreprise risquait de faire l'objet d'un scandale à cause de ses pratiques comptables.

Le 22 août 2001, Watkins a remis à Lay un mémorandum de 6 pages expliquant les problèmes comptables de l'entreprise.. Au départ, la haute direction voulait licencier Watkins pour avoir consulté des personnes extérieures à l'entreprise, mais ils ont décidé de ne pas le faire par crainte d'un procès.

La période d'août et début septembre 2001 est la période où les analystes et les investisseurs ont commencé à être de plus en plus sceptiques à l'égard de l'entreprise.. Les actions d'Enron n'ont pas non plus été aidées par le sentiment généralement faible du marché boursier. L'attentat du 11 septembre 2001 a détourné l'attention des médias de l'entreprise. Enron a décidé d'utiliser ce temps pour restructurer Portland General Electric, Northwest Natural Gas et une participation de 65% dans le projet Dabhol a été mise en vente.

Octobre 2001 - à un pas de la faillite

Le 16 octobre 2001, Enron a annoncé une révision de ses rapports financiers de 1997 à 2000. En conséquence, le bénéfice net a chuté de 613 millions de dollars (23 % de tous les bénéfices réalisés à cette époque), le passif a augmenté de 628 millions de dollars (une augmentation de 6 %) et les capitaux propres de 10 % (soit 1,2 milliard de dollars).

Le 22 octobre, la SEC a annoncé son intention d'ouvrir une enquête sur certaines des transactions réalisées par Enron. La raison en était que certaines des transactions avec des véhicules à usage spécial impliquaient des membres de la haute direction d'Enron. Le PDG d'Enron a annoncé qu'il avait l'intention de coopérer pleinement avec la SEC pour clarifier toutes les incertitudes liées aux transactions. À leur tour, les investisseurs ont été informés que ces transactions étaient liées à la couverture de leurs positions sur le marché.

Le 25 octobre, Fastow a été licencié en tant que directeur financier parce que certaines banques ont refusé de continuer à travailler avec l'entreprise jusqu'à ce que le directeur financier de l'entreprise change.. Les actions d'Enron sont tombées à 16,41 $ après la nouvelle, en baisse de 50 % en une semaine seulement. La chute du cours de l'action a causé à Enron des problèmes avec sa garantie de prêt. Dans de nombreux cas, les prêts étaient garantis par des actions de la société. La baisse de leur valeur a contraint la société à introduire de nouvelles sûretés sur les actifs de la société.

02 Enron Moody's

Source: wikipedia.org

En raison de la perte de confiance, Enron a eu du mal à renouveler ses instruments de dette à court terme. La raison était le désordre dans le département des finances. Fastow était tellement absorbé par le travail de création d'une SPE (c'est-à-dire un véhicule à usage spécial) qu'il n'a développé aucun outil pour aider à suivre l'échéance de la dette et le niveau de trésorerie détenu par l'entreprise. Fin octobre, Enron n'a pas été en mesure de retrouver des liquidités.

Le 29 octobre, deux agences de notation Fitch oraz Moody dégradé leurs notes. Cela a aggravé la situation de l'entreprise. Une cote inférieure signifie moins de demande d'obligations et une baisse de la valeur des actions, qui servaient souvent de garantie pour de nombreux prêts de l'entreprise.

Dernier espoir - Traiter avec Dynegy

La faillite d'Enron semblait n'être qu'une question de temps. Les problèmes d'Enron ont abouti au fait que des personnes désireuses de reprendre le géant hors de prix sont apparues dans la région. L'un d'eux était un concurrent "de derrière la frontière" - Dynegy. La société a annoncé sa volonté d'acquérir l'intégralité d'Enron pour 8 milliards de dollars payés en actions. En outre, la société s'est engagée à reprendre 13 milliards de dollars de dette officielle et toutes les dettes cachées, que Dynegy a estimées à 10 milliards de dollars. La faillite d'Enron se profilait.

La volonté de réaliser la transaction a été annoncée le 8 novembre 2001. De plus, Dynegy a accepté d'investir 1,5 milliard de dollars pour maintenir en vie Enron mourant. Fusion ne se souciait pas non plus d'un autre cadavre dans le placard. Un jour plus tard, une autre correction des rapports pour les années 1997 à 2000 a été annoncée. Selon eux, les revenus de l'entreprise ont été réduits de 591 millions de dollars, ce qui a entraîné "l'effacement" des bénéfices pour toute l'année 1997.

La situation a été exacerbée par les agences de crédit, qui ont abaissé les cotes de crédit au statut de quasi-junk. Malgré cela, Dynegy et Enron étaient toujours intéressés par la transaction. Cependant, les sous-traitants d'Enron n'étaient pas aussi optimistes. Craignant plus de cadavres dans le placard, ils ont décidé de mettre fin à leur relation commerciale avec Enron. L'ambiance à l'intérieur de l'entreprise était également un problème. De nombreux employés dans leurs comptes de retraite n'avaient acheté que des actions d'Enron. Beaucoup d'entre eux ont perdu la majeure partie de leur capital-retraite.

03 Enron Dynegie

Source: wikipedia.org

Enron avait désespérément besoin de capitaux pour rembourser ses dettes. Ils étaient énormes, à la fin de 2002, Enron a dû renouveler des obligations d'une valeur de 8 milliards de dollars. À cette fin, il a annoncé un plan de vente des actifs problématiques pour plusieurs milliards de dollars. Les liquidités s'épuisaient plus rapidement que la direction d'Enron et de Dynegy ne l'avait prévu. Enron a annoncé que les 5 milliards de dollars qu'ils avaient sur leurs comptes bancaires ont été épuisés en seulement 50 jours. Cela a inquiété les analystes et Dynegy elle-même, qui ne contrôlait pas sur quoi Enron dépensait ses fonds. Le 22 novembre, des rumeurs circulaient sur une renégociation du contrat. Dynegy devait payer 4 milliards de dollars en actions.

Cependant, le 28 novembre, le pire scénario s'est réalisé - deux agences de notation ont abaissé leurs notes au niveau indésirable. Cela signifiait que Dynegy ne pouvait pas fusionner avec Enron. En conséquence, l'avenir de l'entreprise était condamné - la faillite l'attendait. La faillite d'Enron n'était pas seulement un problème pour les actionnaires mais aussi pour les employés, les banques et les sous-traitants en produits dérivés. Initialement, les coûts potentiels d'une faillite étaient estimés à 18,7 milliards de dollars. Après 24 heures, la dette était estimée à 23 milliards de dollars. Du secteur bancaire, Citigroup et JP Morgan Chase devaient subir les plus grosses pertes. Le 30 novembre, Enron Europe a déclaré faillite. Le 1er décembre, les actionnaires ont voté pour protéger l'entreprise des créanciers (chapitre 11). Ce fut la plus grande faillite de l'histoire des États-Unis (dépassant PennCentral en 1970).

Faillite d'Enron - conséquences

La faillite d'Enron a provoqué de grandes turbulences sur le marché financier. Une entreprise en faillite avec une valeur totale des actifs de plus de 63 milliards de dollars. 4000 97,5 employés ont immédiatement perdu leur emploi et beaucoup d'entre eux ont perdu XNUMX % de leur épargne-retraite. Le fonds de pension de l'entreprise a perdu environ 2 milliards de dollars. En 2004, le tribunal américain des faillites a accepté un plan de réorganisation des opérations de l'entreprise pour payer ses créanciers. Dans les années 2004 à 2011, Enron Creditors Recovery Corp. encaissé et payé 21,7 milliards de dollars aux créanciers.

Kenneth Lay, le PDG d'Enron, a été accusé de fraude financière et bancaire. Cependant, il n'a pas vécu pour voir la peine - il est décédé des suites d'une crise cardiaque. Jeffrey Skilling, quant à lui, a été condamné à 24 ans de prison pour escroquerie, délit d'initié et falsification de documents. Jeffrey n'a passé que 12 ans en prison. Il est sorti de prison en 2019.

La justice a également atteint le commissaire aux comptes. Il a été accusé d'avoir délibérément caché la vérité, ce qui a ruiné la réputation de l'entreprise.. Arthur Andersen a été "rayé du marché". C'était un prix énorme à payer pour les services d'audit, qui en 2000 seulement s'élevaient à 52 millions de dollars (1 million de dollars par mois).

La faillite d'Enron a également eu un effet positif. Il a forcé des changements dans la loi. En 2002, la loi SOX a été introduite au niveau fédéral (Loi Sarbanes-Oxley). La loi a renforcé les peines en cas de contrefaçon, de falsification et de destruction de documents financiers. Elle a également accru la responsabilité (pénale et civile) des cabinets d'audit.

Résumé

La faillite d'Enron montre que des choses comme FOMO (Fear of Missing Out) souffrent également des acteurs professionnels du marché. La crainte de rater une opportunité d'investissement a fait que de nombreux investisseurs n'ont pas analysé attentivement les états financiers. Dans le même temps, l'absence d'une analyse approfondie n'a pas empêché l'investissement dans l'entreprise. Les systèmes de sécurité de base à l'époque, ce qu'ils étaient censés être - l'honnêteté de l'auditeur, ont également échoué. Arthur Andersen a subi les conséquences de ses pratiques malhonnêtes - il a fait faillite. Cependant, les coûts ont été supportés non seulement par Enron, mais aussi par les employés qui ont perdu leur source de revenu et la sécurité de leur retraite, les entrepreneurs du marché et les banques qui ont accordé des prêts. La faillite d'Enron a apporté des bénéfices aux vendeurs à découvert. L'un d'eux était Jim Chanos, dont les bénéfices de l'accord d'Enron s'élevaient à plusieurs millions.

Qu'en penses-tu?
Je
0%
intéressant
100 %
Heh ...
0%
Shock!
0%
Je n'aime pas
0%
blessure
0%
À propos de l'auteur
Forex Club
Forex Club est l'un des plus grands et des plus anciens portails d'investissement polonais - forex et outils de trading. C'est un projet original lancé en 2008 et une marque reconnaissable centrée sur le marché des devises.